Faisons de notre mieux en cette période de pandémie

Updated: Jul 9

Le savoir-faire des artistes


Le mot “culture” ne doit pas être confondu à ce que la sociologie définit comme un mode de vie. Qu’est-ce que veut dire culture? Il y a diverses définitions et points de vue sur la signification du mot culture. Sa définition est soit artistique, soit anthropologique, ou encore sociologique. Dans l’aspect artistique, la culture renvoie à l’ensemble des figures d’art. Ce mot renvoie à l'ensemble de pratiques et manifestations artistiques, et aussi à les pratiques et rituels sociaux et groupaux. C’est en tenant alors compte de tous ces aspects que nous pouvons attribuer une définition au mot culture.

Dans le cadre de notre séminaire “Observatoire Critique”, nous avons participé à une journée d’études et pratiques artistiques : “ Les formes de réparation dans les arts de la scène à l’épreuve de la covid-19 ”, qui a eu lieu le 25 février 2021 à distance sur la plateforme Zoom. Françoise Wittmann, professeure de danse, a insisté sur la définition du mot culture en disant ceci : « Ne pas mêler la culture, qui est un mode de vie, à l’art, qui peut être défini comme quelque chose de magnifique ». Ces énoncés nous mènent à réfléchir sur la définition du mot culture en considérant les aspects évoqués précédemment.

Durant cette période de crise, il a fallu trouver des moyens et les mettre en place afin de faire vivre la culture pour ne pas qu’elle soit oubliée. Julie Deliquet, metteure en scène et directrice du Théâtre Gérard-Philippe à Saint-Denis, lors d’un entretien sur le journal Le Monde, parle du refus de rendre le “ théâtre fantôme ” en ces temps difficiles. Il faut plutôt se servir du théâtre en cette période pour ne pas que la culture soit oubliée. Une institution culturelle a une vocation et la question se pose encore plus aujourd’hui et Julie Deliquet garantit ce rôle au sein du Centre Dramatique National dont elle est à la tête : « Oui, le théâtre a acquis, ces dernières années, un rôle important sur la question du lien social, et c’est une bonne chose. Offrir un accès gratuit, de proximité, pour tous, à la culture, c’est d’une importance capitale… ». Cette metteure en scène n’est pas le seul artiste qui se retrouve face à la crise du covid-19.

En novembre dernier, dans le cadre d’un séminaire de Master 2 Théâtres, Performances et Sociétés à Paris 8, en compagnie de Marouane Roussin et deux autres camarades, nous avons eu à interviewer la compagnie Hoc Momento afin d’évoquer ensemble les difficultés affrontée pendant la crise sanitaire (l'intégralité de l’entretien est disponible ici) : C’est une compagnie indépendante, pluridisciplinaire et internationale. Elle est crée en 2014 au Brésil et se spécialise dans le théâtre in situ : créer un spectacle pour l’espace où il est joué.



Il a fallu faire vivre le théâtre autant qu’il se peut. Hoc Momento a créé un spectacle de rue pour pouvoir jouer librement tout en étant à ciel ouvert.

Au-delà du bilan économique, les artistes essaient et/ou cherchent des nouvelles et diverses activités adaptées à la situation actuelle. La raison ? Peut-être pour maintenir leurs places dans la société. Parce que c'est un mode de vie qui voit l'urgence de maintenir le lien avec son public pour que les échanges continuent à se produire, même si le bilan financier semble être peu convaincant, comme le montrent des reportages et des rapports ministériels


En effet, la question économique de la précarité de tous les travailleurs de la création théâtrale a très vite été posée d’autant plus que la pandémie a causé beaucoup de pertes financières, pas toujours indemnisées.

Dans un de ses articles, Bruno Latour formule un questionnaire de six questions qu’il caractérise comme un inventaire qui permet aux lecteurs de construire un argumentaire sur les activités dont ils sont privées par la crise du covid-19.

Beaucoup de contradictions pour certains et d'espoir pour d’autres, du fait que tout reste comme avant. Le théâtre a cependant la capacité de s’adapter dans le temps.

L’art n’est-il pas devenu un mode de vie? Car l’importance de continuer de créer quel que soit ce moment de pause est primordial. Le théâtre ne peut donc pas exister sans l’homme, le corps et le rapport avec le public.


Pour approfondir notre réflexion sur les positionnements des artistes et agents culturels, nous avons donc voulu aller de nouveau sur le terrain dans le but de recueillir leurs paroles.

En préparant cet entretien avec Caroline Gleize et Astrid Albiso de la compagnie El Vaïvén, Ines Dutour qui s’en est chargée, s’est inspirée de 33 questions de Sonia Chiambretto et Yoann Thommerel.



Ines DUTOUR et Jalene MBOMBA MELIA

Recent Posts

See All