Conference on *White* Theatre Studies?

Updated: Nov 23, 2018

Thématiques communes : #altérités

Sujets spécifiques : #racialissues #multiethnicEurope #intersectionality


**Version française en dessous**

In research such as ours, which examines the boundaries of subjectivity and objectivity, and often finds itself at the intersection of social and political issues, it is imperative for the interlocutor to define their own position in order to situate their research within their own personal context and thus within a larger domain. Yet as I have raised in my other blog posts, one troubling aspect I have come across within this conference is the fact that I find, despite our many differences, the overwhelming number of participants at this conference share one background element in common: racial identity. To be blunt: the vast majority of attendees are white. And I state this even taking into consideration the complexity of racial identities that may not be self-evident - rather the statement stems from researching into the backgrounds of our speakers and finding a shocking lack of racial representation across the board.

While some are quick to decry my sentiments as that of “American sensationalism” with regards to race issues, I would like to emphasize that this conference presents itself as the first international European theatre conference: are we led to believe that the only researchers in the domain are white? Furthermore, if the vast body of research is stemming from people who are all part of the same racial identity, how are we supposed to assume that the research we are conducting is plurivalent and multifaceted, taking all viewpoints into consideration? Europe is comprised of a vast number of racial and ethnic identities; to ignore such diversity is to ignore the essence of what Europe is itself!

There are many ways to address the above regarding the amount of participation: first, regarding the question of presence of other racial groups in academia on theatre studies - it is true that the domain itself is dominated by white professors? If so, why? If not, why are members of other racial groups not here? And furthermore, how do we encourage a diversity of young researchers (the future of the domain!) slash identify systemic reasons we find a drop off of non-white researchers as we ascend the academic scale. (Here I will make a brief aside to state that it was also disheartening to see a large number of the conference participants to be older despite the strong community of theatre research based here in Paris - the lack of undergraduate and masters student representation was certainly one that captured my attention).

And then, branching outward from the problem of representation within the panels, we then move to its impact: when we are discussing issues such as “The Other” in depth, we risk trivializing, fetishizing, and/or erasing the stories of the multiple racial and ethnic diversities within Europe as they are grouped as “the Other”. I do not make the claim that white people can only speak to white people - rather if a room is filled with people from only one racial background, it is easy to become an echo chamber that can easily ignore problems that members of another racial group might be more sensitive to.

Unpacking the problématique further we must ask: to what extent (or rather, lack of extent) was the topic of race a point of discussion? In speaking with other members of the Observatoire, I was again disheartened to find that the majority of our panels seemed either unaware, or embarrassed to speak about the fact that these rooms were nearly always homogenous. And yet, the issue is all around us! Diversity is woven into the fabric of Europe, and the issue of racial representation both on stage and behind the scenes is becoming increasingly pressing discussion in the public sphere. For instance, just this week, an exposé regarding a blackface controversy was published surrounding the production of la Traviata at the Opéra de Paris, just a half hour from the site of this conference location! To not speak of these issues is to ignore them or to describe them as unworthy of discussion. I find both topics unbefitting of this Association (or if it is the case, I do not wish to take further part).


In certain instances, I attempted to see whether the lack of diversity also can be seen in the composition of audiences who attend shows that were analyzed by participants. While certain researchers did nod at initiatives towards this - the majority seemed to be concerned predominantly with the production itself, versus the groups that they ended up reaching out to; a problem that only solidifies the increasingly “intellectual-bobo-white” impression people have of theatre, which should be something made for and by everyone.

With all of the above stated, I would just like to ask a few open ended questions:

  1. While the industry is dominated by white males, what does it mean for its corresponding research field to also be dominated by predominately white individuals?

  2. Are conversations on the “Other” worth it if effort is not made to un-other people that have been grasping for the “parole”?

  3. If racism is not even being attacked as a political issue, how can we begin to discuss the subject of race from an aesthetic viewpoint (i.e. lighting, costumes, etc) - (Citation Amandine Gay).

If the EASTAP wishes to continue and develop, it is absolutely imperative that it actively works to include issues of racial identity and representation both within the heart of the conference as well as within the domain of theatre studies.


***

Version française

Dans un domaine de recherches comme la notre, qui examine les frontières de la subjectivité et l’objectivité, et qui se trouve souvent à l’intersection des problématiques sociales et politiques, il est impératif pour l’interlocuteur/trice de définir leur propre positionnement pour situer leurs recherches dans un contexte à la fois personnel et aussi globale. Pourtant, comme j’ai soulevé dans mes autres posts, un aspect troublant de cette conférence est le fait que, malgré nos différences variées, la vaste majorité de ceux qui y assistent partagent la même identité raciale. Autrement dit: quasiment toutes les personnes sont blancs. Et je dis tout cela en prenant en considération la complexité des identités raciales qui ne sont peut-être pas évident; ma conclusion est tirée des recherches dans les backgrounds des intervenants et participants. Là-dedans je trouve une manque de représentation à travers tous les domains qui est à la fois choquante et flagrante, mais aussi pas surprenant du tout.

Pendant qu’il y en aura certainement des gens qui veulent dénoncer mes sentiments juste parce que je suis un américain qui donc porte un certain regard autre sur la race, j’aimerais bien souligner le fait que cette conférence se présente comme la première sur le théâtre Européen à l’échelle internationale. Est-ce que nous devons croire que les seuls chercheurs/euses dans le domain sont blancs ? En plus, si la grande partie des recherches proviennent des personnes qui font parties de la même identité raciale, comment est-ce que nous sommes capables de dire que nos recherches sont plurivalentes, variées, et qui prennent tous les points de vus en considération ? L’Europe est compris d’une vaste nombre d’identités raciales et ethniques; et donc le fait qu’on ignore cette diversité est effectivement d’ignore ce que c’est réellement l’Europe lui-même.

En premier, il faut se poser la question sur pourquoi la composition des intervenants s’agit-il quasiment que des blancs ? Y-a-t-il des professeurs non-blancs dans le domaine ici en Europe ? Si oui, pourquoi ne sont ils pas là ? Sinon, pourquoi ? Et avant tout, pourquoi est-ce qu’on n’en discute pas ? Ilf faut qu’on encourage nous une diversité de jeunes chercheurs (le future du domaine!) et au même temps identifier des raisons systémiques qu’on arrive à une baisse de chercheurs/euses non-blanc pendant qu’on monte l’échelle académique. (Voici je fais aussi une petite commentaire à côté pour dire que ça m’a déprimé aussi de voir un tel nombre de participants être plus âgés malgré le fait qu’ici à Paris il y a une grande communauté d’étudiants en études théâtrales au niveau license et master).

Pour continuer, on passe de l’étape des problèmes de représentation au sein des panels à son impact: quand on discute les problématiques comme “L’Autre”, on prend fort la risque de banaliser, fétichiser, et/ou effacer les histoires des diversités plurielles en Europe si on les regroupe juste comme “l’Autre”. Je n’avance pas ici l’idée que les personnes blanches ne puissent que parler pour les autres personnes blanches - mais on ne peut pas ignore le fait que si une salle est remplie de personnes qui appartiennent au même background racial, il risque de devenir une chambre à echos qui peut facilement ignorer des problèmes importants que des personnes des autres races, s’ils étaient présentes, pourraient soulever.

En déballant plus la problématique, il faut qu’on se pose la question : dans quelle mesure (ou peut-être mieux, avec quelle manque de mesure) la race, a-t-elle été un point de discussion. En parlant avec des autres membres de l’Observatoire, j’étais encore une fois déprimé de trouver que la majorité de nos panels étaient soit pas au courant, soit trop gênés pour attaquer le fait que nos salles étaient remplies avec que les blancs. Et pourtant, c’est un problème qu’on ne peut pas ignorer! La diversité est tissée dans le tissu européen, et le discours sur la représentation raciale sur scène et en coulisses devient un sujet qui pèse de plus en plus dans la sphère public. Par exemple, cette semaine, un exposé a été publié qui porte sur le controverse du blackface l’Opéra de Paris, même pas 30 minutes des locaux de cette conférence ! De ne pas parler de ces problèmes est soit de les ignorer, soit de dire que ce n’est pas la peine. Je trouve ces deux propositions indigne de cette Association (ou bien, si c’est le propos qu’elle veut avancer, je ne veux plus en faire partie).

Dans certains instance, j’essayais de voir si cette manque de diversité peut aussi être vue dans les compositions des publics qui assistent aux spectacles qui sont abordés par les intervenants. Pendant qu’il y en avait certains qui ont eu des verticales réponses, la plupart de chercheur/euses restaient concernés que avec les productions elles-mêmes, par rapport aux groupes qu’elles ont touchées; une problème qui ne fait que solidifie l’idée que le théâtre n’est que pour “les intellos-bobos-blancs”, quand effectivement le théâtre doit être fait et pour tous/toutes.

Avec tout cela dit, je voulais conclure avec quelques questions ouvertes:

  1. Pendant que l’industrie est dominée par les hommes blancs, qu’est-ce que cela veut dire pour le champs de recherches complémentaire d’être dominé aussi par des blancs ?

  2. Est-ce que les conversations sur “l’Autre” valent le coup si elles n’essaient pas d’inclure ceux qui essayent de prendre la parole depuis toujours?

  3. Si le racisme n’est même pas attaqué du point du vue politique, comment est-ce qu’on peut même commencer la discussion sur le sujet de la race du point du vue esthétique (ie. la lumière, les costumes, etc) - (Citation Amandine Gay).

Si l’EASTAP veut continuer à developper, il est impératif qu’elle travaille activement pour inclure les problématiques sur la race et sa représentation à la fois dans ces conférences ainsi que dans le domaine d’études théâtrales.


-Sean Hardy

Le 27 octobre 2018

©2020 by Observatoire Critique.

logo_p8.png
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now