Note d'intention

11111.png

Depuis février 2020, nous vivons sous le signe d’un nouveau virus dont la diffusion globale a provoqué des ravages et radicalement modifié nos modes de vie. Face à cette crise inédite et prolongée, nous – étudiant.es du master Théâtres Performances et Sociétés – avons décidé de consacrer l’édition 2021 de Observatoire critique aux initiatives et aux débats qui ont traversé le théâtre pendant la pandémie de Covid-19. A l’heure où nous écrivons ces lignes, nous évoluons encore sur des sables mouvants et il nous est difficile de prendre du recul, d’autant plus que la situation sanitaire a durement impacté nos vies d’étudiant.es, de spectateurs, et de praticien.nes en arts de la scène. 

Les confinements successifs ont mis à l’arrêt un secteur fondamental et structurant de l’activité théâtrale, la présentation de spectacles au public. Cette interruption forcée et généralisée des rouages du système théâtral a fait émerger des questionnements radicaux sur la fonction et les moyens – économiques, expressifs – du théâtre. Comment envisager des interstices, des chemins alternatifs pour permettre la rencontre entre acteurs et spectateurs, entre spectateurs eux-mêmes ? Qui peut ou doit ou les deux, chercher cet endroit partagé ? Les artistes et les institutions ont exploré d’autres protocoles ou médiums, notamment numériques. Mais est-ce que le théâtre en ligne peut constituer une expérience théâtrale effective et satisfaisante à l’acteur et au public ? Est-ce que regarder du théâtre derrière un écran peut répondre aux attentes de celui qui livre sa création et de celui qui la reçoit ? Comment garder une cohérence entre le contenu, ce que l’on veut transmettre et ce possibilités ou contraintes esthétiques ?

 

Nous sommes un groupe d' étudiant.e.s, artistes et jeunes chercheur.se.s, de différents âges, cultures et nationalités. Il y a ceux qui sont ici en France, il y a ceux qui, à cause de la pandémie, sont maintenant dans d’autres pays. Ces différences géographiques et culturelles sont la base de ce groupe qui s’en sert pour enrichir la réflexion. Notre regard multiculturel nous permet d'observer comment les différents pays et sociétés réagissent face à la crise sanitaire et sa gestion, surtout dans le milieu culturel et artistique. On est tous.tes de témoin.e.s de comment la précarité continue à se creuser et comment les contraintes spécifiques de cette situation affectent notre travail. Ici et ailleurs. 

 

Notre démarche du travail est basée sur des expériences professionnelles que personnelles liées à la pandémie dans le domaine des arts de la scène et du spectacle « vivant ». Notre réflexion pour l’observatoire critique se nourrit dans cette période à « distance » par le suivi des diverses activités, concernant journées d’études, rencontre avec les artistes, créations et événements artistiques en ligne…

 

Les activités majeures poursuivies dans le cadre du séminaire :

 

  • Participation à la journée d’études et de pratiques artistiques  Les formes de réparation dans les arts de la scène à l’épreuve de la Covid-19. Enjeux, visions, positionnements, qui a eu lieu le 25 février 2021 par zoom. La réparation à partir du passé pour mettre en jour avec le contexte d’aujourd’hui ou déconstruire ce qui a été fait et ouvrir une nouvelle perspective sur la création des arts de la scène comme « numérique ». 

 

 

 

  • Rencontre avec Catherine Hargreaves (metteure en scène, comédienne et traductrice), le 25 avril 2021, autour du projet de performance partecipative État Général. 

 

L’idée de notre site est avant tout de créer et de rassembler une communauté, des âmes curieuses, des âmes admiratrices du monde théâtral. C’est pourquoi un espace sera consacré aux utilisateurs aussi pour interagir, échanger et partager leurs expériences et leurs aventures. Le contenu de notre site est authentique et réel, il englobe les aspects positifs et négatifs de cette période difficile. Cette dernière a affecté notre vie quotidienne, nos projets, notre présent qui a un grand impact et qui laisse un grand emprunt sur notre futur. Ainsi, on ressent un besoin nécessaire de revoir et de remettre en question tous les changements. 

 

On pourrait dire que le nouveau monde est en train de se créer ici et maintenant, sur cette terre aussi bien sensible aux puissances créatrices qu’aux peurs destructrices. La peur face au rêve, à l’intime, au sensible - les deux entrent-ils en guerre ? Quel sera notre choix, notre prise de position ? Ou peut-être cette question n’est pas du tout juste car, elle nous met d’emblée dans la situation de choix radical, brutal, dichotomique et manichéen. Et si on imagine, en affirmant que de confiner nos forces de l’imagination il n’était jamais question, que la peur existe dans le rêve autant que le rêve existe en peur ? Comme si les deux formaient un tout, un organisme en symbiose, dont les besoins réciproques devenaient d’autant plus importants car nécessaires pour leur existence même. 

 

C’est un nouveau défi qui se présente au milieu artistique : un défi de survie dans un contexte de crise à l’échelle mondiale. Et n’est pas le rôle du théâtre que de chercher encore à trouver sa place juste dans un monde confiné ? N’est-il pas plus que jamais allégorique de la civilisation qu’il cherche à transcender.  Et pour nous, en tant que jeunes artistes, chercheurs, il nous semble plus que jamais essentiel de malgré tout trouver des moyens, des idées, de les partager et d’envisager que l’histoire du théâtre ne puisse pas avoir La Covid 19 comme point final.